La césarienne est-elle sans danger ? Retour aux origines…

La césarienne est-elle sans danger ? Retour aux origines…

Un peu d’histoire…

Aujourd’hui, un peu plus de 20% des naissances en France sont réalisées par césarienne. En Turquie, le pourcentage grimpe même jusque 50% et la tendance mondiale ne fait qu’augmenter.1 Les raisons de pratiquer une césarienne plutôt qu’un accouchement par voie basse peuvent être variées.

Parmi celles-ci, on retrouve notamment :

  • La nécessité médicale : pendant le travail, il arrive que le cordon ombilical soit enroulé autour du cou de votre bébé ou que votre bébé ne s’engage pas, par exemple
  • L’accouchement naturel comporte des risques :  votre docteur peut déterminer à l’avance si une césarienne est préférable sur la base de facteurs risques (ex : obésité, bassin trop étroit, etc.) 2
  • Vous attendez des jumeaux : si vous êtes enceinte de jumeaux ou de triplés et que le bébé qui doit sortir en premier est mal positionné, une césarienne peut alors être envisagée. 3  

Il est important de ne pas prendre à la légère la décision que vous devrez prendre avec votre médecin. Comme pour toute intervention chirurgicale, la césarienne n’est pas sans danger et comporte des risques. Prenons tout de même en compte le côté positif des choses : les 19e et 20e siècles sont synonymes de grandes avancées médicales (à lire plus loin dans « Les grands progrès des 19e et 20e siècles »). 

À quand remontent les premières césariennes et quelle était la procédure ?

Selon la légende, le dictateur romain bien connu Jules César serait né par césarienne en 100 av. J.-C., ‘caesus’ signifiant ‘césure’ en latin. Cependant, à l’époque, il n’existait aucune technique pour extraire l’enfant du ventre de la mère sans qu’elle n’y laisse sa vie. La « césarienne » était donc pratiquée en dernier recours pour sauver le bébé. La mère de César a vécu jusqu’en 53 av. J.-C. (autrement dit, 47 ans après la naissance de César), ce qui signifierait qu’elle aurait accouché par voie basse et non par césarienne comme le dit la légende. 

 La « lex Caesarea », une loi datant du 8e siècle av. J.-C. et établie par le roi romain Numa Pompilius pourrait expliquer cette confusion. Cette loi interdisait la sépulture de la mère avec son enfant 4 et déclarait que le bébé devait être extrait du corps de la mère avant d’enterrer cette dernière. 

Une image contenant texte, livre, dessin Description générée automatiquement
La plus vieille représentation d’une césarienne post-mortem imprimée dans le livre : Suétone : De vita Caesarum. – (Venise, 1506)

Ce n’est qu’au 16e siècle que le premier livre sur la césarienne intitulé « L’hysterotomotokie ou enfantement caesarien » est publié par François Rousset, un théoricien parisien. Sa procédure, suivie par de nombreux praticiens à l’époque, avait pour but de sauver l’enfant ainsi que la mère et consistait à ouvrir le ventre du nombril jusqu’au flanc droit. Une fois le bébé extrait, seule la partie extérieure du ventre était suturée était suturée. Les résultats étaient catastrophiques : les mères mouraient d’hémorragie interne. Aux 17e et 18e siècles, les chirurgiens ne sont pas parvenus à s’entendre sur la meilleure manière de procéder, et les nombreuses tentatives n’ont jamais été concluantes. 

 

Les grands progrès des 19e et 20e siècles

Après des siècles de tensions et de débats enflammés, la technique s’est progressivement améliorée. En 1823, Auguste Baudelocque, un médecin français, a découvert qu’il était possible de pratiquer une césarienne sans devoir inciser le péritoine. Cette découverte a réellement permis de limiter clairement les hémorragies et les infections.

L’obstétricien hongrois, Ignace Philippe Semmelweis (1818-1865), a défini les principes de l’asepsie (ou technique aseptique) destinée à limiter l’introduction des microbes dans le corps. Selon lui, il existait un lien entre les accidents mortels causés par les coupures réalisées sur les cadavres pendant les dissections et la mort des femmes en couches. Il a donc demandé à ses étudiants de l’université de Vienne de se laver les mains avant d’entrer en salle d’accouchement.5

En 1878, Louis Pasteur, un biologiste, microbiologiste et chimiste français, a publié une thèse intitulée « La théorie des germes et ses applications à la médecine et à la chirurgie ». Les chirurgiens sont amenés à laver leurs mains et leurs instruments qui transmettent les microbes de patients malades et infectés aux patients sains. 6

Une image contenant intérieur, personne, pièce, groupe Description générée automatiquement
Les étudiants de Semmelweis qui se lavent les mains. 
Illustration de « A History of Medicine » (Parke, Davis – Company). Robert A. Thom. Reproduit avec la permission de Pfizer

En 1876, Edoardo Porro, un obstétricien italien, a proposé d’extraire systématiquement l’utérus, une fois le bébé sorti. Cette méthode a permis de sauver de nombreuses femmes mais les rendaient infertiles. Quelques années plus tard, en 1882, Max Sänger, un obstétricien et gynécologue allemand, a proposé de suturer l’utérus et a réussi à atteindre un taux de survie de 90%. Une dizaine d’années plus tard, les techniques d’incision et l’anesthésie se sont améliorées et ont fait leur preuve. 7 À partir des années 90, la césarienne est devenue une procédure beaucoup plus courante. Aujourd’hui, presque 30% des naissances mondiales sont réalisées par césarienne. 8

 

La césarienne est-elle à présent sans danger ?

Une image contenant intérieur, personne, pièce, lit Description générée automatiquementL’opération en elle-même n’est pas aussi dangereuse qu’elle ne l’était avant. Elle sauve des vies mais elle comporte des risques. Une césarienne est une intervention chirurgicale comme une autre. Elle peut entraîner des complications comme des hématomes post-opératoires ou infections de la plaie. Parmi les risques, on retrouve les hémorragies ou encore une réaction à l’anesthésie. La « Mayo Clinic » en Amérique ajoute qu’après une césarienne, il existe un risque plus élevé de complications potentielles pour une grossesse ultérieure par rapport à une naissance par voie basse. 9

Les médecins sont de bonnes références. Ils peuvent expliquer leurs expériences et vous faire part des risques potentiels pour vous aider à prendre une décision réfléchie. En fin de compte, être informée correctement sur la procédure est ce qui importe le plus. Assurez-vous donc de discuter de tous les risques potentiels avec votre médecin.

Césarienne un jour, césarienne toujours ?

Non, pas du tout. Cependant, aux États-Unis, vous pouvez avoir une césarienne si votre premier accouchement était une césarienne. Selon l’American Journal of Public Health (2011) : « Les césariennes répétées représentent une partie croissante de toutes les césariennes ; en 1985, une césarienne sur trois se répétait.10 »

Dans tous les cas, il est recommandé de consulter votre médecin pour peser le pour et le contre et voir ce qui vous conviendrait le mieux dans votre situation. Il est possible que vous donniez naissance une fois par césarienne et la fois suivante par voie basse. Être préparée à cette éventualité est important car même si un accouchement naturel est prévu au départ, des complications peuvent surgir durant le labeur. In Fine, quelle que soit la procédure choisie, la décision vous appartient, à vous et à votre médecin, au vu de votre choix ou des circonstances

Autre article :  – Votre cicatrice de césarienne vous fait mal ? Massez-la ! L’infrarouge peut vous aider… 

 

#csectionawarenessmonth

References:

  1. « Césarienne (indicateurs). » OCDE. 2017, https://data.oecd.org/
  2. “Medical reasons for a c-section.” March of Dimes.  October, 2018, https://www.marchofdimes.org/pregnancy/c-section-medical-reasons.aspx#
  3. “C-section.” Mayo Clinic. June 9, 2018, https://www.mayoclinic.org/tests-procedures/c-section/about/pac-20393655
  4. “The Caesarean Section in Ancient Roman Times.” United Nations of Roma Victrix (UNRV).  https://www.unrv.com/culture/caesarean-section.php
  5. Lapaque, Sébastien. “Ignace Philippe Semmelweis, martyr du lavage des mains.” Le Figaro. March 9, 2020, https://www.lefigaro.fr/sciences/ignace-philippe-semmelweis-martyr-du-lavage-des-mains-20200309 
  6. “Portraits de Médecins, Louis Pasteur.” Medarus. October 18, 2017,  http://www.medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/pasteurl.html
  7. Harvey, Thierry. “Presentation Petite Histoire de la césarienne.” PowerPoint presentation.  https://hospidon.org/les-projets-a-soutenir/bbdiac/
  8. “Caesarean sections (indicators).” OECD. 2017, https://data.oecd.org/healthcare/caesarean-sections.htm
  9. “C-section.” Mayo Clinic. June 9, 2018, https://www.mayoclinic.org/tests-procedures/c-section/about/pac-20393655
  10.  S M Taffel, P J Placek, and T Liss “Trends in the United States cesarean section rate and reasons for the 1980-85 rise.”American Journal of Public Health 77, no. 8, August 1, 1987, pp. 955-959. https://ajph.aphapublications.org/doi/abs/10.2105/AJPH.77.8.955

Sources : 

  1. Harvey, Thierry. “Presentation Petite Histoire de la césarienne.” PowerPoint presentation.  https://hospidon.org/les-projets-a-soutenir/bbdiac/
  2. “J’ai accouché par césarienne.” Maison des maternelles. October 16, 2016. Youtube video. https://www.youtube.com/watch?v=8lhBUCOu0hg&t=1434s  
  3. “Histoire de la césarienne.” Césarine. September, 2015, https://www.cesarine.org/avant/histoire/  
  4. Pottiee-Sperry, Francis. “’The hysterotomotokie  or birth of  Caesarian.’ by François Rousset (Paris, 1581)’ The book of an impostor or that of a precursor?” Histoire des sciences médicales Tome XXX, number 2. 1996, pp. 259-257., https://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx1996x030x002/HSMx1996x030x002x0259.pdf 
  5. “Caesarean sections (indicators).” OECD. 2017, https://data.oecd.org/

                           

Un peu d’histoire…

Aujourd’hui, un peu plus de 20% des naissances en France sont réalisées par césarienne. En Turquie, le pourcentage grimpe même jusque 50% et la tendance mondiale ne fait qu’augmenter.1 Les raisons de pratiquer une césarienne plutôt qu’un accouchement par voie basse peuvent être variées.

Parmi celles-ci, on retrouve notamment :

  • La nécessité médicale : pendant le travail, il arrive que le cordon ombilical soit enroulé autour du cou de votre bébé ou que votre bébé ne s’engage pas, par exemple
  • L’accouchement naturel comporte des risques :  votre docteur peut déterminer à l’avance si une césarienne est préférable sur la base de facteurs risques (ex : obésité, bassin trop étroit, etc.) 2
  • Vous attendez des jumeaux : si vous êtes enceinte de jumeaux ou de triplés et que le bébé qui doit sortir en premier est mal positionné, une césarienne peut alors être envisagée. 3  

Il est important de ne pas prendre à la légère la décision que vous devrez prendre avec votre médecin. Comme pour toute intervention chirurgicale, la césarienne n’est pas sans danger et comporte des risques. Prenons tout de même en compte le côté positif des choses : les 19e et 20e siècles sont synonymes de grandes avancées médicales (à lire plus loin dans « Les grands progrès des 19e et 20e siècles »). 

À quand remontent les premières césariennes et quelle était la procédure ?

Selon la légende, le dictateur romain bien connu Jules César serait né par césarienne en 100 av. J.-C., ‘caesus’ signifiant ‘césure’ en latin. Cependant, à l’époque, il n’existait aucune technique pour extraire l’enfant du ventre de la mère sans qu’elle n’y laisse sa vie. La « césarienne » était donc pratiquée en dernier recours pour sauver le bébé. La mère de César a vécu jusqu’en 53 av. J.-C. (autrement dit, 47 ans après la naissance de César), ce qui signifierait qu’elle aurait accouché par voie basse et non par césarienne comme le dit la légende. 

 La « lex Caesarea », une loi datant du 8e siècle av. J.-C. et établie par le roi romain Numa Pompilius pourrait expliquer cette confusion. Cette loi interdisait la sépulture de la mère avec son enfant 4 et déclarait que le bébé devait être extrait du corps de la mère avant d’enterrer cette dernière. 

Une image contenant texte, livre, dessin Description générée automatiquement
La plus vieille représentation d’une césarienne post-mortem imprimée dans le livre : Suétone : De vita Caesarum. – (Venise, 1506)

Ce n’est qu’au 16e siècle que le premier livre sur la césarienne intitulé « L’hysterotomotokie ou enfantement caesarien » est publié par François Rousset, un théoricien parisien. Sa procédure, suivie par de nombreux praticiens à l’époque, avait pour but de sauver l’enfant ainsi que la mère et consistait à ouvrir le ventre du nombril jusqu’au flanc droit. Une fois le bébé extrait, seule la partie extérieure du ventre était suturée était suturée. Les résultats étaient catastrophiques : les mères mouraient d’hémorragie interne. Aux 17e et 18e siècles, les chirurgiens ne sont pas parvenus à s’entendre sur la meilleure manière de procéder, et les nombreuses tentatives n’ont jamais été concluantes. 

 

Les grands progrès des 19e et 20e siècles

Après des siècles de tensions et de débats enflammés, la technique s’est progressivement améliorée. En 1823, Auguste Baudelocque, un médecin français, a découvert qu’il était possible de pratiquer une césarienne sans devoir inciser le péritoine. Cette découverte a réellement permis de limiter clairement les hémorragies et les infections.

L’obstétricien hongrois, Ignace Philippe Semmelweis (1818-1865), a défini les principes de l’asepsie (ou technique aseptique) destinée à limiter l’introduction des microbes dans le corps. Selon lui, il existait un lien entre les accidents mortels causés par les coupures réalisées sur les cadavres pendant les dissections et la mort des femmes en couches. Il a donc demandé à ses étudiants de l’université de Vienne de se laver les mains avant d’entrer en salle d’accouchement.5

En 1878, Louis Pasteur, un biologiste, microbiologiste et chimiste français, a publié une thèse intitulée « La théorie des germes et ses applications à la médecine et à la chirurgie ». Les chirurgiens sont amenés à laver leurs mains et leurs instruments qui transmettent les microbes de patients malades et infectés aux patients sains. 6

Une image contenant intérieur, personne, pièce, groupe Description générée automatiquement
Les étudiants de Semmelweis qui se lavent les mains. 
Illustration de « A History of Medicine » (Parke, Davis – Company). Robert A. Thom. Reproduit avec la permission de Pfizer

En 1876, Edoardo Porro, un obstétricien italien, a proposé d’extraire systématiquement l’utérus, une fois le bébé sorti. Cette méthode a permis de sauver de nombreuses femmes mais les rendaient infertiles. Quelques années plus tard, en 1882, Max Sänger, un obstétricien et gynécologue allemand, a proposé de suturer l’utérus et a réussi à atteindre un taux de survie de 90%. Une dizaine d’années plus tard, les techniques d’incision et l’anesthésie se sont améliorées et ont fait leur preuve. 7 À partir des années 90, la césarienne est devenue une procédure beaucoup plus courante. Aujourd’hui, presque 30% des naissances mondiales sont réalisées par césarienne. 8

 

La césarienne est-elle à présent sans danger ?

Une image contenant intérieur, personne, pièce, lit Description générée automatiquementL’opération en elle-même n’est pas aussi dangereuse qu’elle ne l’était avant. Elle sauve des vies mais elle comporte des risques. Une césarienne est une intervention chirurgicale comme une autre. Elle peut entraîner des complications comme des hématomes post-opératoires ou infections de la plaie. Parmi les risques, on retrouve les hémorragies ou encore une réaction à l’anesthésie. La « Mayo Clinic » en Amérique ajoute qu’après une césarienne, il existe un risque plus élevé de complications potentielles pour une grossesse ultérieure par rapport à une naissance par voie basse. 9

Les médecins sont de bonnes références. Ils peuvent expliquer leurs expériences et vous faire part des risques potentiels pour vous aider à prendre une décision réfléchie. En fin de compte, être informée correctement sur la procédure est ce qui importe le plus. Assurez-vous donc de discuter de tous les risques potentiels avec votre médecin.

Césarienne un jour, césarienne toujours ?

Non, pas du tout. Cependant, aux États-Unis, vous pouvez avoir une césarienne si votre premier accouchement était une césarienne. Selon l’American Journal of Public Health (2011) : « Les césariennes répétées représentent une partie croissante de toutes les césariennes ; en 1985, une césarienne sur trois se répétait.10 »

Dans tous les cas, il est recommandé de consulter votre médecin pour peser le pour et le contre et voir ce qui vous conviendrait le mieux dans votre situation. Il est possible que vous donniez naissance une fois par césarienne et la fois suivante par voie basse. Être préparée à cette éventualité est important car même si un accouchement naturel est prévu au départ, des complications peuvent surgir durant le labeur. In Fine, quelle que soit la procédure choisie, la décision vous appartient, à vous et à votre médecin, au vu de votre choix ou des circonstances

Autre article :  – Votre cicatrice de césarienne vous fait mal ? Massez-la ! L’infrarouge peut vous aider… 

 

#csectionawarenessmonth

References:

  1. « Césarienne (indicateurs). » OCDE. 2017, https://data.oecd.org/
  2. “Medical reasons for a c-section.” March of Dimes.  October, 2018, https://www.marchofdimes.org/pregnancy/c-section-medical-reasons.aspx#
  3. “C-section.” Mayo Clinic. June 9, 2018, https://www.mayoclinic.org/tests-procedures/c-section/about/pac-20393655
  4. “The Caesarean Section in Ancient Roman Times.” United Nations of Roma Victrix (UNRV).  https://www.unrv.com/culture/caesarean-section.php
  5. Lapaque, Sébastien. “Ignace Philippe Semmelweis, martyr du lavage des mains.” Le Figaro. March 9, 2020, https://www.lefigaro.fr/sciences/ignace-philippe-semmelweis-martyr-du-lavage-des-mains-20200309 
  6. “Portraits de Médecins, Louis Pasteur.” Medarus. October 18, 2017,  http://www.medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/pasteurl.html
  7. Harvey, Thierry. “Presentation Petite Histoire de la césarienne.” PowerPoint presentation.  https://hospidon.org/les-projets-a-soutenir/bbdiac/
  8. “Caesarean sections (indicators).” OECD. 2017, https://data.oecd.org/healthcare/caesarean-sections.htm
  9. “C-section.” Mayo Clinic. June 9, 2018, https://www.mayoclinic.org/tests-procedures/c-section/about/pac-20393655
  10.  S M Taffel, P J Placek, and T Liss “Trends in the United States cesarean section rate and reasons for the 1980-85 rise.”American Journal of Public Health 77, no. 8, August 1, 1987, pp. 955-959. https://ajph.aphapublications.org/doi/abs/10.2105/AJPH.77.8.955

Sources : 

  1. Harvey, Thierry. “Presentation Petite Histoire de la césarienne.” PowerPoint presentation.  https://hospidon.org/les-projets-a-soutenir/bbdiac/
  2. “J’ai accouché par césarienne.” Maison des maternelles. October 16, 2016. Youtube video. https://www.youtube.com/watch?v=8lhBUCOu0hg&t=1434s  
  3. “Histoire de la césarienne.” Césarine. September, 2015, https://www.cesarine.org/avant/histoire/  
  4. Pottiee-Sperry, Francis. “’The hysterotomotokie  or birth of  Caesarian.’ by François Rousset (Paris, 1581)’ The book of an impostor or that of a precursor?” Histoire des sciences médicales Tome XXX, number 2. 1996, pp. 259-257., https://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx1996x030x002/HSMx1996x030x002x0259.pdf 
  5. “Caesarean sections (indicators).” OECD. 2017, https://data.oecd.org/

Share:
Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur email