Suite à une césarienne, comment prendre soin de votre cicatrice ?

Suite à une césarienne, comment prendre soin de votre cicatrice ?

Comme pour beaucoup de femmes dans le monde entier, il est fort probable qu’une fois rentrée chez vous avec votre bébé, l’état de votre cicatrice ne s’inscrive pas sur votre liste des priorités ou celle de votre médecin et c’est un peu normal… vous vous sentez reconnaissante de cette césarienne qui vous a peut-être sauvé la vie ainsi que celle de votre bébé, et se plaindre de son état esthétique ou de la douleur vous parait peut-être futile ou même tabou… Et pourtant, pour nombres d’entre vous, cette cicatrice est un rappel constant d’une procédure que vous aviez peut-être désiré mais ou pas et il en reste une défiguration, une marque d’au moins 11 cm qui vous accompagnera pour le restant de vos jours et de nombreuses études ont démontré que plus de 90% de patients ne sont pas satisfaits de leur cicatrice (toutes procédures chirurgicales incluses).
Une récente étude conduite par le Docteur Christian Diehl, Dermatologiste, recommande une thérapie préventive suite à une procédure abdominale telle qu’une césarienne 1 . En effet, la prévalence qu’une cicatrice devienne hypertrophiée (c’est-à-dire « bombée » ou « gonflée ») est de 50 à 70%. D’après une autre étude de l’Université de Cornell (NY), une cicatrice cutanée est inévitable lorsque que l’on dépasse 33% de l’épaisseur de la peau 2 . Ce qui est le cas lors d’une césarienne – qui est une chirurgie extrêmement invasive/profonde. Une cicatrice cutanée est caractérisée par des tissus de remplacement fibreux dermiques qui guérit par résolution plutôt que par régénération 3 . Ces cicatrices cutanées ont plutôt tendance à s’hypertrophier.
Parfois, l’aspect d’une cicatrice (post-césarienne) s’accompagne d’une douleur lancinante ou se déclenche par le simple fait de se relever d’une position assise ou couchée – ou encore lors ou après des rapports sexuels. Beaucoup de femmes n’osent pas se plaindre, n’en parlent pas à leur médecin et souffrent donc en silence…
Mesdames, il est donc important, de prendre bien soin de votre cicatrice dès votre sortie de la
maternité – ce qui est possible grâce à des dispositifs médicaux à base de feuilles de silicone. Ces feuilles de silicone constituent le traitement privilégié par les chirurgiens esthétiques depuis 2014. Elles ont fait leurs preuves pendant plus de 30 ans car elles ont été utilisées, pour la première fois, sur des grands brûlés dans les années 80. Prisées pour leur qualité d’occlusion (important pendant le processus de cicatrisation) – en effet, il faillait empêcher que la cicatrice se dessèche, qu’elle forme des croutes/tissus nécrosés et empêcher les démangeaisons tout en étant perméables à l’air et donc à l’oxygénation (sans une fuite d’hydratation), elles formaient comme une seconde peau pour ces grands brûlés et sont devenue le traitement de choix notamment pour les chirurgiens plasticiens.
Dans le cadre de la douleur lancinante que peut occasionner votre cicatrice césarienne, l’infrarouge ou « IR » peut vous soulager. Qui d’entre vous, n’a pas utilisé une bouillote pour soulager vos douleurs menstruelles ? Par ailleurs, il a été démontré par une étude en 2013 que l’application d’infrarouge était efficace pour améliorer la cicatrisation des plaies et soulager la douleur chez les mères ayant subi une césarienne 4 . En effet, l’infrarouge augmente la vasodilatation (flux sanguin) et soulage la douleur.
C’est dans cette optique, que CicaLux a été développé, pour prévenir le développement de cicatrices à caractère hypertrophique ou chéloïde, pour aider à soulager la douleur et pour encourager la vasodilatation (flux sanguin) afin d’améliorer vos chances de cicatriser le mieux possible. De plus, le traitement inclut des bandes adhésives réductrice de tension sur la plaie pour éviter qu’elle s’élargisse verticalement et qu’elle soit la plus fine possible. CicaLux est un traitement triple action qui procure un environnement propice à une cicatrisation en toute quiétude. 

[1]https://www.researchgate.net/publication/269659572_OBGYN_Surgeries_Why_We_Should_Recommend_to_Our_Patients_a_Preventive_Management_for_Keloids_and_Hypertrophic_Scars
[2] https://www.ceydeli.com/files/2014/08/abdominal-closure.pdf
[3] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2879602/
[4] http://pubs.sciepub.com/ajnr/1/1/7/

Share:
Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur email